Nos horaires

Secrétariat :

du lundi au vendredi de 9h à 17h30

Horaires de médiation PARIS :

Lundi de 9h à 18h / Mardi de 9h à 16h30

Mercredi de 9h à 13h et de 18h à 21h / Jeudi de 9h à 18h

Vendredi de 10h à 20h / Samedi de 10h à 14h

Horaires de médiation CHELLES :

du lundi au jeudi : de 9H30 à18h

le vendredi de 9h30 à 12h

Téléphone  : 01.42.63.05.00 - 09 80 31 94 38

Email : ceraf@free.fr

Horaires en  Seine ST Denis :

Informations gratuites à la médiation

les lundis au PAD : Villepinte, Sevran, Ivry et Drancy

Contacter le secrétariat Ceraf Paris : 0142630500

La médiation familiale expliquée en Vidéo

CERAF Solidarités

La RENTREE SCOLAIRE qui a eu lieu le mardi 3 septembre, est marquée par :

- une importante réforme des rythmes scolaires,

- et par la Revalorisation de l'allocation de rentrée scolaire 2013-2014.

1-Rythmes scolaires :

Les communes qui le souhaitent pourront mettre en place le nouveau rythme scolaire dès la rentrée scolaire 2013-2014,

A la rentrée suivante, celle de septembre 2014, toutes les communes et les familles devront se soumettre à la réforme.

Afin de réduire les journées de travail, la réforme propose l'organisation d'activités extra-scolaires. Les élèves de maternelle et de primaire auront école le mercredi matin de 8h30 à 12h ou de 9h à 12h30.

Les heures d'enseignement seront organisées de la manière suivante :

  • les lundis, mardis, jeudis et vendredis à raison de 5h30 maximum par jour ;
  • et le mercredi matin, à raison de 3h30 maximum.

Une dérogation à l'école le mercredi est possible :

Le directeur académique des services de l'éducation nationale peut donner son accord à un enseignement lesamedi matin en lieu et place du mercredi matin lorsque cette dérogation est justifiée.

L'organisation de la semaine scolaire de chaque école du département est décidée par le directeur académique des services de l'éducation nationale.

La mise en place d'activités pédagogiques complémentaires

Des activités pédagogiques complémentaires auront lieu en groupes restreints pour :

  • l'aide aux élèves rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages,
  • une aide au travail personnel,
  • ou pour une activité prévue par le projet d'école, le cas échéant en lien avec le projet éducatif territorial.

L'organisation générale de ces activités pédagogiques complémentaires est arrêtée par l'inspecteur de l'éducation nationale de la circonscription, sur proposition du conseil des maîtres.

2- Allocations de rentrée scolaire, revalorisées :

L'ARS est portée à 360 euros par enfant scolarisé en école primaire à la rentrée 2013-2014 avec un versement de la CAF le 19 août 2013. Cette hausse suit l’inflation.

● Les conditions pour en bénéficier

L'enfant (ou les enfants du foyer), doit être né entre le 16 septembre 1995 et le 31 décembre 2007 inclus (ou, s'il est plus jeune, il doit être déjà inscrit à l'école primaire). Il doit également être écolier, étudiant ou apprenti et, s'il travaille, sa rémunération nette mensuelle ne doit pas dépasser 876,52 euros.

Pour la rentrée 2013-2014, le foyer doit justifier au titre de l'année 2011 de ressources inférieures aux plafonds suivants :

  • pour 1 enfant : 23.687 euros,
  • pour 2 enfants : 29.153 euros,
  • pour 3 enfants : 34.619 euros,
  • au-delà, il faut ajouter par enfant en plus : 5.466 euros.

Le foyer dont les ressources dépassent de peu l'un de ces plafonds doit déposer une demande à la CAF afin de percevoir une allocation de rentrée scolaire réduite. L'allocation est versée automatiquement à la fin du mois d'août pour les enfants âgés de 6 à 16 ans, et dès réception du justificatif de scolarité ou d'apprentissage pour les jeunes de 16 à 18 ans.

●Montants 2013-2014 de l'allocation scolaire

L'allocation perçue aux familles de près de 5 millions d'élèves, sera portée par décret à :

  • 360,47 euros pour un enfant de 6 à 10 ans (contre 356,20 euros l'an dernier),
  • 380,36 euros pour un enfant de 11 à 14 ans (contre 375,85 euros),
  • 393,54 euros pour un enfant de 15 à 18 ans (contre 388,87 euros).

Cette mesure, qui représente une charge de 372 millions d'euros supplémentaires pour la branche famille, "sera financée dans le cadre du projet de loi de Financement de la sécurité sociale", indique le Gouvernement.